Dépressions et suicides: un pic d’appels à l’aide

Il faut absolument oser parler de son mal-être.
Il faut absolument oser parler de son mal-être. - Photo News

« Chaque jour, j’ai de nouvelles personnes qui m’appellent car elles disent souffrir de dépression ou avoir des pensées suicidaires. J’ai 25 % d’appels en plus pour ce type de mal-être depuis le début du confinement. Et, ce n’est malheureusement qu’un début. Plus le confinement sera long, plus l’impact psychologique sera grand au sein de la population.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct