La prostitution frappée de plein fouet par la crise sanitaire

C’est l’arrêt forcé
C’est l’arrêt forcé - D.R.

Si certains secteurs sont soutenus par des aides régionales, il en reste d’autres qui doivent tenir bon par eux-mêmes. C’est le cas de la prostitution. « Elles attendent que le téléphone sonne, mais pour l’instant, c’est très calme de ce que l’on sait », annonce Isabelle Buyssens, assistance sociale à l’Espace P.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct