• Voici les nouvelles canettes et verres Jupiler (photos)

    ©Photonews et Belga
    ©Photonews et Belga

    Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu ce matin, AB Inbev a officialisé que la marque Jupiler allait laisser place au nom… Belgium. Durant les quatre prochains mois, vous n’achèterez plus des « Jup’ » au supermarché mais bien une « Belgium ». Et voici à quoi vont ressembler les nouvelles canettes.

    10696006-029

    AB INBEV JUPILER IN BELGIUM

    AB INBEV JUPILER IN BELGIUM (5)

    10696006-025

    Mais ce n’est pas tout. En effet, la bière « Belgium » aura également sa propre campagne télévisée associée, du matériel promo et des actions pour les supporters, l’horeca ainsi que des gadgets et des promos pour la vente au détail avec le hashtag #WEAREBELGIUM.

    10696006-019

    AB INBEV JUPILER IN BELGIUM (3)

    AB INBEV JUPILER IN BELGIUM (2)

    Pour rappel, l’idée de ce changement, qui ne doit évidemment pas plaire à tout le monde, est de soutenir… nos Diables rouges. À quelques mois de la Coupe du Monde en Russie, il s’agit d’une vaste campagne marketing destinée à soutenir nos joueurs.

    « Lors de la Coupe du Monde, nous nous unissons tous sous un drapeau commun et pour une grande cause. Cela n’a pas d’importance qui vous êtes, quel est votre emploi, à quoi vous ressemblez. Pendant la Coupe du Monde FIFA 2018 nous sommes tous belges », déclare Jean-Jacques Velkeniers, Président de l’Europe de l’Ouest au sein d’AB InBev.

    AB INBEV JUPILER IN BELGIUM (4)

  • C’est officiel: la «Jupiler» laisse la place à la «Belgium»

    ENA-GN-Jupiler-Montage-OO

    AB InBev rebaptise sa célèbre pils, la Jupiler, en «Belgium» durant cinq mois, jusqu’à la fin de la Coupe du monde de football en Russie, a-t-il annoncé mardi au cours d’une conférence de presse à Bruxelles.

    «Nous sommes partenaires des Diables rouges depuis 30 ans, tant dans les bons moments que dans les moins bons», explique Arnaud Hanset, directeur marketing pour l’Europe de l’Ouest chez AB InBev. «Nous sommes clairement dans un excellent moment», a-t-il ajouté en référence aux espoirs placés dans l’équipe nationale de football pour le prochain Mondial, qui se joue du 14 juin au 15 juillet.

    La nouvelle appellation, éphémère donc, entre dans le cadre d’une campagne plus large #WeareBelgium, incluant d’autres équipes phares défendant les couleurs belges comme les Red Flames ou l’équipe masculine de relais 4X400 mètres.

    Le groupe brassicole n’a pas livré les détails financiers de cette gigantesque opération marketing qui a débuté le week-end passé par la suppression du lettrage sur l’usine de Jupille (Liège). Au total, 290 millions de produits (cannettes, bouteilles, verres, gadgets, etc.) seront redessinés au nouveau nom. Seules les Jupiler Blue et 0,0 conserveront leur nom d’origine.

    La division belge d’AB InBev a précisé que la campagne était de sa propre initiative et qu’à sa connaissance, aucune bière du premier groupe brassicole mondial ne fera de même pour la grand-messe du ballon rond. On rappellera toutefois qu’en 2016, la Budweiser, également propriété d’AB InBev, avait été rebaptisée pendant un semestre environ America, à l’occasion d’une année phare pour le pays de l’Oncle Sam, avec des élections présidentielles et des Jeux olympiques d’été qui s’accompagnent toujours d’une pluie de médailles pour les Etats-Unis.

    La Jupiler est la pils la plus consommée en Belgique avec une part de marché de 55%, selon les responsables d’AB InBev qui soulignent que la recette de la bière est inchangée depuis son lancement en 1965.

  • Héritages non réclamés: 30 millions € dans les poches de l’État

    Et si vous étiez le seul héritier d’une vieille cousine décédée, dont vous ignoriez même l’existence...
    Et si vous étiez le seul héritier d’une vieille cousine décédée, dont vous ignoriez même l’existence... - G.F.

    En 2017, le SPF Finances a empoché un total de 30.173.533,73 euros contre 14.921.503 en 2016. Deux fois plus ! En nombre de successions, forte hausse aussi puisque l’on est passé de 81 dossiers en 2016 à 226 en 2017 !

    Ces successions sont celles pour lesquelles il n’y a eu aucun héritier. En fait, ceux-ci ont 30 ans pour se manifester. Sans nouvelles de leur part, passé ce délai, l’héritage revient à l’État fédéral. Amusant : pour toucher ces héritages tombés du ciel, l’État doit payer un droit de succession (= taxe)… aux Régions. Pour 2017, 5,4 millions d’euros (4,8 millions l’année précédente) sont ainsi tombés dans l’escarcelle des Régions flamande, bruxelloise et wallonne.

    Mais au fait, comment savoir si, quelque part parmi mes ascendants, je n’ai pas une vieille tante millionnaire décédée ? Une seule solution : feuilleter le Moniteur belge. Régulièrement, les tribunaux font publier par la Caisse de dépôt et de consignation (SPF Finances) les noms de personnes décédées dont on ne trouve pas d’héritier. Au Moniteur du 8 février dernier par exemple, on a pu lire que Jeannine De Groeve, de Nandrin (près de Huy), était décédée le 24 octobre 2014 à l’âge de 73 ans sans laisser de successeur connu. Au Moniteur du 19 janvier 2018, même chose pour Carmen Boudart (de Namur), décédée le 4 avril 2011 à l’âge de 75 ans.

    Une fois par an, l’ensemble des successions en déshérence est publié dans le Moniteur, avec non seulement le nom de la personne décédée mais aussi la valeur de l’héritage. Cette liste sonne comme l’appel de la dernière chance. Pour ces personnes, on est à la 29e année de déshérence : les héritiers potentiels n’ont donc plus qu’un an pour se réveiller !

    14 successions restituées

    Ces appels publics trouvent parfois réponse. En 2017, 14 successions ont été restituées par l’État aux héritiers (5 en 2016).

    Jusqu’à quel degré puis-je hériter d’un aïeul. « En ligne directe, c’est illimité », répond Sylvain Bavier, notaire à la Louvière. «  En ligne collatérale, on peut aller jusqu’au 4e degré ». Pour faire simple, vous pouvez hériter d’un arrière-arrière-arrière-arrière grand-père ou encore, d’un cousin, voire du fils du cousin si ce dernier est décédé.

    Si vous vous sentez une âme de chasseur d’héritage, un seul conseil : faites appel à un généalogiste.

    « La plupart du temps, nous finissons par retrouver un héritier », nous confie une généalogiste bruxelloise qui travaille exclusivement pour les notaires et pour les avocats. «  Mais généralement, ce n’est pas le Lotto ! Pour les gros héritages, le défunt prend généralement ses dispositions. Parfois, nos recherches peuvent déboucher sur des histoires de famille sensibles. On remue le passé… On peut retrouver un enfant abandonné par son père ou un demi-frère dont la famille ignorait l’existence ». Autant le savoir.

    F. DE H.

  • Le chauffard qui a tué Nadège n’ira certainement pas en prison

    © DR
    © DR

    La famille de Nadège Abbate accuse le coup. Quelques minutes seulement après avoir entendu le jugement, le papa est sorti de ses gonds. « Ce n’est rien du tout comme peine ! » lance-t-il. « Tous les jours, sur la route, il y a des Gysen. La justice a sa part de responsabilité, elle a du sang sur les mains ! »

    Jérôme Gysen a tué Nadège Abbate en février 2015. La jeune femme attendait son bus sur le trottoir. Jérôme avait bu, consommé de la drogue, il roulait un peu plus vite que la vitesse autorisée aussi. Il a perdu le contrôle et a percuté la jeune femme de plein fouet. Écrasée contre un mur, elle est décédée sur le coup. Pour ces faits, Jérôme s’est défendu, le 10 janvier dernier. Il a nié avoir consommé du cannabis le jour même de l’accident. La présence de la substance dans son sang remonterait, selon lui, à «  au moins la veille  ». Il a également indiqué que le sol était glissant ce soir-là, et que cet élément explique la perte de contrôle.

    Le tribunal le condamne à une peine de 2 ans de prison, avec un sursis pour la moitié pendant 3 ans. Ce sursis sera assorti de conditions strictes. Il écope aussi d’une amende de 500 € (ou 3 ans d’emprisonnement à titre subsidiaire). Il fait aussi l’objet d’une déchéance de 2 ans du droit de conduire, et devra repasser tous les examens.

    En théorie, il ne devra donc faire qu’un an de prison. Mais les peines d’un an – ou moins – ne sont plus prestées en prison. Jérôme Gysen pourrait très bien bénéficier d’un bracelet électronique.

  • Ligue des Champions: l’historique des Chelsea-Barcelone

    PHOTONEWS_10368143-007

    Les Chelsea – Barcelone ne sont pas des matches Commes les autres. Sur la scène européenne, les deux formations se sont rencontrées à 12 reprises. La moitié de celles-ci se sont déroulées à Stamford Bridge. Le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’elles ont à chaque fois été très spéciales. Retour en images…

    5 avril 2000 : une victoire londonienne (3-1) avant la claque catalane

    En quarts de finale de la Ligue des Champions, Chelsea affrontait le grand Barcelone de Louis Van Gaal. Pourtant, au match aller, les Londoniens sortaient les crocs et s’imposaient 3-1. Le tout grâce notamment à des pions inscrits en l’espace de dix minutes après la demi-heure de jeu. Les buteurs se nommaient Tore André Flo (2) et Gianfranco Zola (1). Dominateurs, les Blues encaissaient en seconde période un goal des œuvres du Portugais Luis Figo. Un goal qui allait peser lourd puisque Chelsea s’inclinait sévèrement (5-1) lors du match retour au Nou Camp. C’était il y a déjà 18 ans…

    8 mars 2005 : la partition parfaite de José Mourinho (4-2) face à Ronaldinho

    Depuis la première confrontation en 2000, les deux clubs se croisent régulièrement. Celle qui a marqué un bon nombre de fans était celle en huitièmes de finale en 2005. Après la défaite à Barcelone (2-1), Chelsea allait renverser la vapeur en sa faveur. Et ce, malgré un récital de Ronaldinho, auteur d’un doublé, dont un super-enroulé à l’entrée de la surface de réparation. Pour les Catalans, c’était insuffisant contre une équipe londonienne huilée comme du papier à musique. Ce soir-là, le chef d’orchestre se nommait José Mourinho et ses musiciens étaient Eidur Gudjohnsen, Frank Lampard, Damian Duff et John Terry.

    22 février 2006 : les fondations d’un sacre espagnol (1-2)

    On prend les mêmes (ou presque) et on recommence un an après. Les Blaugranas de Frank Rijkaard ont eu leur revanche. Emmenés par Ronaldinho et un certain Lionel Messi, les Catalans allaient manger du Blues (1-2). Malgré l’ouverture du score de Thiago Motta pour Chelsea, les Espagnols allaient repartir de Londres avec une précieuse victoire grâce à des buts de John Terry (c.s.c.) et Samuel Eto’o. Au match retour, l’histoire n’a pas repassé les plats. Chelsea n’est pas parvenu à renverser la vapeur (1-1). La suite ? On la connaît ! Barcelone se joue de Benfica, Liverpool et d’Arsenal pour décrocher sa deuxième Coupe aux grandes oreilles à Paris.

    18 octobre 2006 : une finale avant la lettre en phase de groupes (1-0)

    C’est sans doute la confrontation entre les deux équipes qui aura moins marqué l’histoire de la C1. Engagés dans le groupe A avec le Werder Brême et le Levski Sofia, les deux formations se sont qualifiés sans trop de soucis, malgré des Allemands accrocheurs. Le déplacement du tenant du titre au Bridge était attendu par tous les observateurs. Ce troisième opus entre Mourinho et Rijkaard a tourné en faveur du Portugais (1-0). Didier Drogba étant l’unique buteur de cette affiche. Le match retour a donné droit un partage spectaculaire (2-2). Barcelone a ensuite été éliminé en huitièmes et Chelsea dans le dernier carré.

    6 mai 2009 : le héros Andres Iniesta, le drame Tom Henning Ovrebo (1-1)

    Après un match âpre, disputé et équilibré à Barcelone (0-0), une place en finale face au grand Manchester United de Sir Alex Ferguson allait se jouer à Londres. Mickael Essien ouvrait la marque tôt dans la partie. On pensait alors assister à une finale 100 % anglaise. Mais, Andres Iniesta sortait de sa boîte dans les arrêts de jeu et décochait une frappe splendide pour qualifier son équipe (1-1). Un match qui a finalement terminé en eau de boudin. L’arbitre de la rencontre, le Norvégien Tom Henning Ovrebo, a été soumis à de nombreuses critiques. Il était accusé de ne pas avoir sifflé plusieurs penalties en faveur de Chelsea. Au terme du match, Didier Drogba avait même clamé : «  C’est une honte !  » L’homme en noir a ensuite décidé de ne plus jamais arbitrer après avoir reçu des menaces de mort.

    18 avril 2012 : la revanche (1-0) puis la consécration pour Chelsea

    N’ayant pas digéré le dernier épisode anglo-espagnol, Chelsea a pris sa revanche en 2012. Après avoir éliminé Naples et le Benfica, les Londoniens de Roberto Di Matteo se frottaient de nouveau aux Catalans. Cette fois, Didier Drogba était le héros de cette soirée printanière. L’Ivoirien était le seul buteur de la partie et permettait aux siens de se rendre au Camp Nou l’esprit serein. Là-bas, Chelsea faisait le gros dos et agissait en contre, notamment grâce à Fernando Torres, pour tenir le résultat nul (2-2). 2012, l’année de la consécration puisqu’après avoir sorti Barcelone, Chelsea se jouait du Bayern Munich pour remporter la première C1 de son histoire.

    (

  • Grève à la Stib: il voyage à l’extérieur de son tram bondé

    A l’arrière d’un tram 55 de la Stib.
    A l’arrière d’un tram 55 de la Stib. - SUDPRESSE

    Son tram était bondé ce lundi après-midi à cause de la grève. Il n’avait pas envie d’attendre le suivant, les fréquences étant nettement moins bonnes qu’à l’accoutumée… Qu’à cela ne tienne, ni une ni deux, il s’est agrippé au pare-brise arrière du tram pour faire son trajet !

    «  Le tram était rempli à cause de la grève. Il n’y avait plus de place à l’intérieur. Je n’ai donc eu d’autres choix que de voyager en me tenant à l’essuie-glace !  », telle a en substance été la justification du jeune homme que l’on aperçoit dans la vidéo.

    L’intéressé a été pris en filature et s’est fait coincer en flagrant délit par des patrouilleurs de la Stib. Grève ou non, il faut savoir qu’il risque – au-delà de sa vie – d’écoper d’une amende substantielle pour «  mauvaise utilisation des véhicules de la Stib  ».

  • Une voiture se retrouve sur le toit à Dison après un accident

    Un accident spectaculaire.
    Un accident spectaculaire. - O.G.

    Un accident assez spectaculaire s’est produit ce lundi vers 14h15, rue de la Station à Dison. Une voiture descendait en direction du centre de la commune lorsque, pour une raison inconnue, l’homme a dévié d’un coup et est entré en collision avec une voiture en stationnement, avant de faire un tonneau.

    «  J’étais au téléphone, face à la fenêtre lorsque j’ai entendu un gros boum. J’ai vu l’entièreté de l’accident. Le conducteur descendait la route normalement puis il a dévié d’un seul coup. Il est rentré dans la voiture mauve garée un peu plus bas. C’est à ce moment là que sa voiture s’est retournée », nous confie un témoin. «  Des passants ont aidé le conducteur ainsi que son passager à sortir de la voiture mais heureusement, il allait bien  ».

    Un accident assez spectaculaire.© O.G.

    28217887_10215464415301140_1287388064_o©O.G.

    L’homme souffrirait d’une petite douleur au pied mais irait bien, c’est d’ailleurs ce que nous a confirmé l’officier de garde de la zone de police Vesdre. Un accident plus spectaculaire qu’autre chose, heureusement !

  • Voici les prénoms les plus rares des jeunes Belges

    d-20170318-3DM77D 2018-02-09 23:11:19

    En Belgique, on compte donc 135.219 Maria (dont 100.000 en Flandre), 102.484 Marie, 42.505 Monique, 41.641 Martine et 40.455 Nathalie. Chez les hommes belges, on retrouve 74.933 Jean, 65.968 Marc, 52.339 Patrick, 50.532 Michel et 50.323 Luc.

    Mais c’est dans le bas du classement qu’on se rend compte que les Belges ne manquent pas d’originalité lorsqu’il s’agit de donner un nom à leur bébé. Avec plus ou moins de succès, avouons-le, certains visant l’originalité à tout prix quitte à forcer leur enfant à devoir épeler toute leur vie leur petit nom…

    Nous nous sommes donc attardés aux prénoms les plus et les moins portés par les moins de 18 ans en 2017.

    bébés

    Ainsi, la Belgique compte actuellement 5 jeunes de moins de 18 ans prénommées Vu et 5 Wanessa, 5 Ariel, 5 Phoenix et 5 Phoebe, comme dans la série Friends.

    Il y a aussi 15 Penda, 14 Domitille, 8 Dalida et 88 Belinda, 6 Bienvenue et autant de Beyonce, 132 Marylou et 112 Lolita.

    En Wallonie, parmi les plus courants chez les jeunes filles de moins de 18 ans, ce sont Léa, Manon et Clara qui remportent la palme.

    On trouve par contre 5 jeunes Wallonnes de moins de 18 ans baptisées Poppy, 5 Precious, 5 Madissone, 5 Schirley, 5 Shaïnesse, 7 Noëmy, 8 Shannone, 6 Prunelle, 21 Chrystal

    Beaucoup plus classique, il y a 5 jeunes Marcelline, 5 Léone, 5 Mirabelle, 5 Geneviève, 6 Domitille et autant de Célestine, 7 Jeannette, 7 Césarine, 9 Prudence et 10 Princesse de moins de 18 ans.

    Et chez les garçons ?

    Côté garçons, en Belgique, c’est Lucas, Thomas et Louis qui occupent le top 3 des prénoms les plus courants chez les moins de 18 ans. Bien plus rares, on compte chez les moins de 18 ans, 5 jeunes Sylvestre, 5 Promesse, 5 Précieux, 5 Pépin et 5 Placide, 5 Levis, 5 Fortune, 5 Kito, 8 Merveille et 6 Mars.

    Les prénoms composés ont moins la cote : notre pays ne compte que 5 Jean-Edouard de moins de 18 ans, 6 Paul-Alexandre, 8 Pierre-Edouard, 8 Jean-Daniel et 9 Paul-Arthur.

    En Wallonie, bien loin des Nathan, Hugo et Lucas, les prénoms les plus courants, on compte 15 Nemo et 8 Némo de moins de 18 ans, mais aussi 5 Thor, 5 Sun et 9 Sunny, 6 Quantin, 7 John-John et autant de Leandre, 8 Axl (sans e donc), 9 Méo, 9 Cooper et 10 Corey. On a aussi compté 11Jésus et 5 Dieu dans ce classement.

  • Grève à la Stib: «la sécurité n’est pas assurée aujourd’hui»

    stib_grève

    «  La Full Integrated Police Action (FIPA) qui devait avoir lieu aujourd’hui est également annulée à cause de la grève et une personne est déjà décédée des suites d’une crise cardiaque ce matin dans l’enceinte de la station Botanique… » Contacté, le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman, indique à ce sujet que : « La victime a 31 ans. Son corps a été découvert sur le quai de la station par un employé de nettoyage tôt ce matin. Le médecin légiste n’a pas pu déterminé la cause de son décès. Raison pour laquelle une autopsie du corps sera réalisée ».

    Ligne 1  : « c’est la direction qui roule »

    «  La grève est largement suivie. On continuera jusqu’à ce que la direction entende nos revendications. C’est-à-dire : plusieurs jours s’il le faut  », poursuivent quant à eux les syndicalistes rouges de la Stib.

    «  Les seuls conducteurs de bus et de tram qui roulent sont en grande majorité des délégués et des affiliés de la CSC, un syndicat qui a reçu pour mission de convaincre le personnel de reprendre le travail. Quant à la ligne de métro 1 qui roule, ce sont 4 cadres instructeurs métro qui ont été réquis par la direction, c’est donc la direction qui roule ! »

    Aucun piquet

    Aucun piquet de grève n’a été installé lundi matin dans les dépôts de la Stib, indiquent les syndicats CGSP et CGSLB. La circulation des transports en commun bruxellois est perturbée en raison d’un préavis de grève déposé par les deux syndicats. «Nous ne cherchons pas à bloquer ceux qui travaillent», souligne Stephan De Muelenaere, secrétaire permanent CGSLB. Des barrages filtrants sont toutefois organisés afin de sensibiliser les employés qui prennent leur service.$

    Climat néfaste

    L’action de grève initiée par la CGSP et la CGSLB, qui dénoncent divers problèmes opérationnels qui engendrent «un climat social néfaste» au sein de la société des transports en commun bruxelloise, est un succès, se réjouissent lundi matin les deux syndicats. «Les seuls chauffeurs qui travaillent sont ceux affiliés à la CSC», qui a décidé de ne pas participer au mouvement, indique Morad Essaouiki, responsable CGSP.

    «La grève est un grand succès», enchaîne M. De Muelenaere. «C’est dommage pour les voyageurs mais parfois il faut frapper fort» pour être entendu, souligne-t-il.

    Une réunion entre la direction et les trois syndicats - CGSP, CGSLB, CSC - est prévue lundi à 9h30.

  • Football amateur: les résumés des matches en province de Hainaut

    RPR SYMPHORIEN PAYS VERT 4

    D3A

    JS. Taminoise - RAAL La Louvière (2-1)

    Francs Borains - CS Onhaye (3-1)

    RFC Tournai - US Solrézienne (3-0)

    Provinciale 1

    Soignies Sport - Ransart (4-2)

    Saint-Symphorien - Ostiches-Ath (0-1)